Greenwashing : comment savoir si une marque est vraiment éthique ? (et ne plus se faire avoir ! 😡)

Greenwashing : comment savoir si une marque est vraiment éthique ? (et ne plus se faire avoir ! 😡)

Vous aussi, vous voyez le monde en vert ?

Sérieusement, si on croyait les marques sur parole et qu'on les jugeait uniquement sur leur apparence, on pourrait presque croire que nous sommes entouré-e-s de magnifiques entreprises, aux valeurs toutes plus "green" les unes que les autres...

Transition écologique, rassure-toi, les multinationales viennent à ta rescousse ! 😉

 

Faire passer Coca Cola (leader mondial du plastique) pour une entreprise écologique : sacrée prouesse !

 

Allez. On reprend notre sérieux 2 minutes ?

Pour aborder ce sujet épineux, je suis d’abord aller jeter un œil sur sa définition.

Bon, je ne suis pas allé bien loin, mais celle de Wikipédia me paraît claire et adaptée.

“Le greenwashing, aussi nommé “éco-blanchiment” (moins sexy 😊) est un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé par une organisation dans le but de se donner une image de responsabilité écologique trompeuse“.

En somme, le greenwashing est utilisé par une marque (ou une personne), pour verdir son image auprès du public (nous).

Généralement, on parle de greenwhasing quand l’écart est grand (immense ?) entre le discours de la marque et ses actions concrètes.

Un peu comme les belles promesses en politique…

Quelques exemples probants dans cette vidéo d'"On n'est plus des pigeons" 👇.

 

 

Bon, je pense que vous voyez toutes-tous de quoi il s’agit, maintenant la question est :

“Comment on fait pour le repérer ?“ (et ne pas se faire avoir en somme…).

Voici 8 conseils pour vous aider à le déceler :

1- RENSEIGNEZ-VOUS SUR LA MARQUE

Qui se cache derrière ? A qui appartient-elle ?

Ben oui, ça arrive qu'une "petite marque qui semble écolo", appartienne à un grand groupe, qui pollue à outrance.

Si l'entreprise ne change pas ses pratiques pour l'ensemble de ses activités, on peut y voir une manière de surfer sur la tendance écologique. Ou à minima, un manque de cohérence global.

2- MEFIEZ-VOUS D'UN PACKAGING TROP GREEN

L'ABUS DU "SANS"

"Sans paraben", "sans sucre"… Certaines substances ont mauvaise presse auprès du grande public.Le "sans" peut être tout à fait honnête, mais il peut aussi être une technique pour attirer votre œil sur l'ingrédient absent, et vous inciter à ne pas lire la suite des ingrédients, potentiellement moins reluisante...

L'ABUS DU VERT

Certaines marques n'hésitent pas à revoir et verdir leur identité visuelle.

C'est le cas par exemple de McDonald's dont le célèbre logo est passé du rouge au vert.

Au rayon cosmétique et produits ménagers, les packagings mettent les végétaux à l'honneur.

Ces marques sont-elles pour autant devenues plus écologiques et respectueuses de l'environnement ? Pas forcément. Encore une fois, restez sur vos gardes.

 

3- VÉRIFIEZ LA COMPOSITION DU PRODUIT

Qu'il s'agisse d'un produit alimentaire, d'un cosmétique, d'un vêtement ou de n'importe quel produit : devenez des détectives et vérifiez les ingrédients/matières qui composent ce produit.

Pas toujours évident, surtout quand les noms des ingrédients sont aussi compréhensibles que des hiéroglyphes...

Des listes comme celle de l'INCI pour les cosmétiques (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) sont disponibles pour vous aider dans cette démarche.

Pour les vêtements, vous trouverez par ici, des infos sur les différentes matières.

4- MEFIEZ-VOUS D'UN PRIX TRES BAS

Un prix très bas est rarement signe d'un produit respectueux des Hommes et de l'Environnement.

Ben oui, l'éthique, ça a un prix. Les ingrédients ou matières plus écologiques sont généralement plus coûteux et une fabrication plus éthique inclut aussi de meilleurs salaires pour les fabricants.

Donc forcément, un produit éthique est sensé coûter plus cher, en toute logique.

Attention, ça ne veut pas dire qu'un produit cher est forcément éthique (coucou le luxe...).

En revanche, on peut dire que l'inverse est toujours vrai : un produit "cheap" n'est pas éthique (sauf 2nde main ou rabais justifiés). Un t-shirt vendu à 5€, même connoté "conscious (coucou H&M), ne sera JAMAIS éthique.

 

5- VERIFIEZ LES ACTES

(attention à l'absence de concret, de preuves...)

Les discours c'est bien, les actes c'est mieux !

Que fait la marque concrètement pour l'environnement ? Au niveau social ?

Quels-sont ses actes concrets ? En quoi ce produit est "meilleur pour l'environnement ?" "En quoi ce produit est durable" ?

Attention aux discours un peu flous, pas précis. Munissez-vous de votre loupe de détective et vérifiez si les engagements de la marque ou du produit sont suivis des faits !

Généralement, une simple recherche dans le magasin ou sur le site internet de la marque, suffit à vous mettre sur la voie. Si vous ne trouvez pas d'infos précises/concrètes, pas exemple sur les conditions de fabrication du produit, ça ne sent pas très bon...

6- FAITES ATTENTION AUX BEAUX DISCOURS

Justement, pour compléter le point précédent, faites vraiment attention à ne pas vous laisser berner par de jolis discours.

"Durables", "écologiques" "conçus dans le respect de l'Environnement", "conçus en France" "Fait avec amour" etc...

Ces termes sont souvent vagues et fourre-tout et ne vous disent finalement pas grand chose deconcret. Comme dit plus haut, il faut creuser tout ça...

En vous posant des questions, par exemple "comment ?" (ex "comment c'est écologique") "en quoi ?" (ex : "en quoi c'est durable").

Si le site de la marque contient très peu de détails sur ces allégations et ces pseudos engagements, ça ne sent pas très bon... Idem si elles ne vous apportent pas de réponses concrètes quand vous leur posez des questions (que ce soit au magasin ou sur internet).

Aussi, méfiez-vous des formules du type "Nous sommes les premiers sur..." "Nous sommes les pionniers de...". Déjà parce que c'est souvent faux et aussi parce que, même quand c'est vrai, ce n'est pas forcément gage d'un une démarche globale exemplaire.

 

7- AIDEZ-VOUS DES LABELS

(attention à l'absence de labels et aux labels factice)

Heureusement, il existe des labels fiables pour repérer les produits plus responsables.

Un label est une certification délivrée par un organisme public ou privé.

Tous ne se valent pas, car chaque organisme est libre de créer sa propre charte.

Certains labels sont plus exigeants que d'autres, que ce soit au niveau écologique et/ou social.

Concernant le textile, vous en trouverez quelques-uns dans cet article quelques-uns dans cet article.

Pour l'alimentaire, par ici. l'alimentaire, par ici. Pour les cosmétiques, c'est par là.

Attention ! Halte aux labels bidons !

Certaines marques/groupes créent leur propre label (comme un juge qui créerait ses propres preuves...). Je pense notamment à H&M et son coton "BSCI"...

Généralement très peu contraignants, ces labels ont surtout pour but de freindre un engagement social/écologique, autrement dit, de nous enfumer comme il faut...

Ce qui complique clairement l'analyse pour les consommateurs et qui nous oblige à creuser, encore et toujours.

Attention, au même titre qu'être labellisé n'est pas forcément une preuve (tout dépend du label donc), un produit sans label n'est pas forcément non plus un produit pas éthique.

Les labels coûtent parfois cher et les petites marques n'ont pas toujours les moyens de les payer, quand bien même elles respectent tous les critères du label.

 

 

8- VERIFIEZ LA COHERENCE GLOBALE : ALLEZ PLUS LOIN L'ARGUMENT ECOLO MIS EN AVANT

Ex : une marque qui fait une petite action écologique (et qui la met pourtant très en avant), mais cette action est infime voir contradictoire par rapport à sa démarche globale.

Par exemple H&M et sa collection "Conscious" (encore eux 😊).

D'abord cette collection ne correspond même pas à 1% de la gamme.

A côté de ça, H&M continue de plus belle sa politique de fast-fashion et donc de surproduction = le plus gros fléau du textile.

Et même si on s'attarde sur cette fameuse collection "green", on se rend compte en fait que les conditions de travail des employés sont les mêmes que pour le reste de leurs vêtements (salaires faibles, exploitation...) et leur coton "bio" n'est pas certifié par un label indépendant et reconnu (comme GOTS).

Cela fait planer le doute sur la véracité de l'aspect bio de leur coton, car pour le coup, H&M aurait largement les moyens financiers de rejoindre le label GOTS.

Si elle ne le fait pas, on peut en déduire que c'est parce qu'elle ne respecte simplement pas les critères demandés. Des critères écologiques et sociaux strictes.

Petit décryptage de Céline (@Iznowgood), pour aller plus loin 🙂👇 .

 

 

Attention, cette méthode n'est pas réservée au géant suédois. Beaucoup de marques en abusent.

Alors encore une fois, creusez !

CONCLUSION

Face à une marque/un produit, armez-vous de méfiance et sortez vos casquettes de détectives. Doutez, creusez, vérifiez...

Les marques ont des méthodes bien huilées pour vous émouvoir et vous faire acheter de façon impulsive, parfois sous-couvert de greenwashing.

Alors tenez-vous-en principalement aux faits, afin de garder le recul nécessaire à une décision éclairée et un "achat raisonné".

... En espérant que cet article vous aura aidé à y voir plus clair sur le sujet (et à ne plus vous faire avoir !)

👉Justement, n'hésitez-pas à me dire dans les commentaires (en bas de page) si cet article vous a aidé et si vous avez encore des difficultés à déceler le greenwashing.

Ou encore si vous avez exemples assez comiques/ahurissants de greenwashing (autant en rire parfois...😊) 👇

PS : Vous l'aurez peut-être compris, même si cet article se veut informatif sur le greenwashing en général, notre rayon à nous (avec Coton vert), c'est surtout les vêtements.

Alors si le sujet vous intéresse, voici des articles pour aller plus loin...

👉 Et pour découvrir nos basiques Coton vert, bio & solidaires, c'est par ici 🙂

(Mais attention, ne nous croyez pas sur parole ! Vérifiez d'abord nos engagements 😉)


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés